In the after de Demitria LUNETTA

IMG_4439

IN THE AFTER de Demitria LUNETTA

Édition LUMEN

15 euros
410 pages

 

Résumé :

Il y avait un avant. depuis qu’ils sont arrivés, survivre est un combat ! Ils entendent le plus léger des bruits de pas.
Ils sont plus rapides que le plus rapide des prédateurs. Et ils ne renonceront pas… tant que vous serez vivant !

 

mon avis :

J’ai beaucoup aimé In the after , c’est une très bonne dystopie . ce n’est pas un coup de cœur mais je me suis laissé prendre dans cette histoire très prenante .
L’histoire commence mal direct , on nous plonge dans le monde de Amy qui tente de survivre dans un monde apocalyptique peuplé par des créatures monstrueuses . J’ai eu par moment l’impression d’être dans un film du style  » je suis une légende  » .

Il y a énormément d’action et de rebondissement , je me suis faite happée par la narration . J’ai dévoré ce livre en 2 jours .
La plume de l’auteur est simple mais prenante .
J’ai hâte de me procurer la suite pour connaître le fin mot de cette histoire !

C’est une excellente lecture qui devrait ravir les fans de dystopie .

 

Extrait

Je ne sors que la nuit.
Je remonte la rue déserte puis je m’arrête, muscles tendus, prête à l’action. Les herbes folles bruissent dans le vent. J’incline la tête. Je Les guette.
Les films d’horreur ont tout faux. Les monstres ne peuplent pas nos nuits, ils n’attendent pas patiemment, tapis dans l’ombre, le bon moment pour surgir. Ils chassent le jour, en pleine lumière, quand la visibilité est à son maximum. La nuit, si par miracle vous parveniez à ne faire aucun bruit, ils pourraient presque vous frôler sans même remarquer votre présence.
Tout est calme. Méfiance, ça ne veut pas dire pour autant qu’ils ne sont pas dans les parages. Je me remets en marche, lentement d’abord, avant d’accélérer l’allure. Mes pieds nus effleurent le trottoir zébré de fissures sans produire le moindre son. Je ne suis plus qu’à quelques rues de chez moi… je touche au but, à condition de savoir rester invisible et inaudible. Mais s’ils ont vent de ma présence, je pourrais aussi bien me trouver à trois mètres de chez moi qu’à des kilomètres : ça ne fera aucune différence.
J’ai appris à vivre dans un monde de silence. Je n’ai pas prononcé un seul mot depuis trois ans. Ni pour commenter la météo, ni pour hurler une mise en garde, ni même pour murmurer mon propre nom, Amy. Si je sais que trois ans se sont écoulés, c’est parce que j’ai compté les saisons depuis cet été-là. Celui de mes quatorze ans, le dernier été avant l’Après.
Au loin, une branche craque. Je m’arrête net. Crispée, je réajuste mon sac avec précaution, afin que les boîtes de conserve qu’il contient ne s’entrechoquent pas. Le moindre bruit, même anodin, me met sur le qui-vive.
Soudain, les nuages s’écartent pour laisser place à la lune, dont l’éclat vient illuminer la rue. Je scrute les alentours, aux aguets. J’examine une vieille carcasse de voiture, à l’affût du moindre signe de la présence des créatures. Rien. Je m’apprête à continuer mon chemin quand, à la dernière seconde, je décide de choisir la prudence et de disparaître dans un massif d’arbustes, au milieu d’une cour abandonnée. Je préfère attendre qu’un nuage dissimule la lune, que l’obscurité se referme sur la nuit.
Je ne peux pas m’en remettre au hasard, car Baby m’attend à la maison. Dans mon sac se trouvent des provisions indispensables à notre survie. Baby n’a que moi au monde. Je l’ai trouvée peu après le désastre, quand je croyais encore que les choses pouvaient revenir à la normale. Mais cet espoir-là, je l’ai abandonné depuis bien longtemps. Un monde à ce point parti en vrille, ça ne se répare pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s